Recherche

Vous avez besoin d’aide ou souhaitez nous faire part de vos commentaires?

Vous avez des soucis avec votre compte ou souhaitez faire une suggestion? La Société canadienne du sang vous offre plusieurs moyens pratiques et rapides pour résoudre vos problèmes et communiquer avec nous : vous pouvez clavarder avec nous en direct, consulter notre foire aux questions, nous envoyer un courriel à feedback@blood.ca, ou encore nous appeler au 1 866 JE DONNE (1-866-533-6663).

À la douche! Amélioration du lavage des globules rouges

Recueilli en novembre 2015

Quel est l’objet de cette étude?RULogo

La durée de conservation des globules rouges est de 42 jours après le don. Pendant ce temps où l’on doit maintenir les globules rouges en vie et en bon état, on les conserve dans des poches qui permettent l’échange d’oxygène et d’autres gaz, et dans lesquelles on ajoute une solution dite nutritive, c’est-à-dire qui contient des nutriments. Le métabolisme cellulaire — l’ensemble des processus chimiques qui maintiennent les globules rouges en vie — se poursuit pendant la conservation. De ce métabolisme résultent des composés organiques, les métabolites, qui s’accumulent au fur et à mesure dans la poche.

Lors d’une transfusion, les métabolites, ainsi que d’autres protéines contenues dans la poche, sont transfusés au patient en même temps que les globules rouges. Étant identiques à ceux normalement produits par le corps, ils ne posent généralement aucun risque sauf à certains types de patients. Les nouveau-nés, par exemple, sont particulièrement sensibles au potassium, un métabolite qui peut affecter la fonction cardiaque. Certains métabolites et certaines protéines peuvent également présenter un risque pour les patients qui doivent recevoir des transfusions régulièrement ou qui ont déjà eu des réactions indésirables à une transfusion.

Enfin, les patients qui ne produisent pas d’immunoglobulines IgA, un type d’anticorps, sont également à risque, car les effets secondaires qu’ils peuvent développer à la suite d’une transfusion de sang contenant des immunoglobulines IgA peuvent être très graves. C’est pour tous ces patients que la Société canadienne du sang et les hôpitaux préfèrent « laver » les globules rouges pour les débarrasser de la plupart des métabolites et des protéines qui s’accumulent pendant l’entreposage.

lavage

Jusqu’à fin 2013, la Société canadienne du sang utilisait un système « ouvert » pour laver les globules rouges. Or, une fois lavés avec ce système, les globules rouges devaient être utilisés dans les 24 heures à cause d’un risque accru de contamination bactérienne, ce qui pouvait compromettre la disponibilité des produits pour les patients. Pour allonger la durée de conservation après le lavage, la Société canadienne du sang a commencé, en 2011, à explorer un processus de lavage « fermé » combiné à une méthode de conservation des globules rouges dans une solution nutritive.

Un nouveau système de lavage permet d’allonger la durée de conservation des globules rouges tout en préservant leur efficacité et la sécurité des patients.

Comment les chercheurs ont-ils procédé?

À l’aide de méthodes standard permettant d’évaluer la qualité des globules rouges et la quantité de métabolites produits, les chercheurs ont testé l’ACP 215 d’Haemonetics, un système de lavage des globules rouges « fermé ». Ils ont déterminé les durées de conservation optimales avant et après le lavage des globules rouges, ainsi que la meilleure solution nutritive à utiliser. De plus, ils ont examiné la qualité des globules rouges « lavés et irradiés ». L’irradiation, une étape supplémentaire utilisée pour prévenir les réactions indésirables, est recommandée pour certains patients ayant besoin de globules rouges lavés. Après la mise en place du nouveau système de lavage en octobre 2013, les chercheurs ont étudié les données des hôpitaux pour évaluer les répercussions sur l’innocuité, l’efficacité et l’utilisation des globules rouges lavés.

Quelles sont les conclusions?

  • La qualité des globules rouges lavés en système « fermé » est équivalente à celle des globules rouges lavés en système « ouvert », sinon meilleure. La solution nutritive la plus appropriée à la conservation des globules rouges s’avère être une solution saline d’adénine-glucose-mannitol ou solution SAGM.
  • La meilleure façon de maintenir un niveau de qualité acceptable pour les globules rouges est de les laver dans les deux premières semaines suivant l’entreposage et de les utiliser dans la semaine qui suit le lavage.
  • La qualité des globules rouges lavés et irradiés est mieux préservée lorsque l’irradiation est pratiquée dans la semaine suivant le lavage et que les globules rouges sont transfusés dans les deux jours suivant l’irradiation.
  • Qu’ils aient été lavés et irradiés ou uniquement lavés, les concentrés de globules rouges ont tous satisfait aux exigences liées aux différentes applications, sauf la transfusion aux patients qui présentent une déficience en immunoglobulines IgA, puisque les niveaux d’IgA dans les concentrés sont encore trop élevés après le lavage.
  • Un double lavage des globules rouges pourrait réduire les niveaux d’IgA à moins de 0,05 mg/dl, ce qui les rendrait adéquats pour les patients présentant une déficience en immunoglobulines IgA.
  • Le taux de réactions indésirables est resté le même après la mise en place du nouveau système, soit 0,15 % des transfusions.
  • L’allongement de la période de conservation après le lavage a permis de réduire le taux d’unités de globules rouges jetées pour cause de péremption. Ce taux est passé d’environ 4 % à moins de 1 % de toutes les unités lavées. Le taux d’utilisation des unités de globules rouges s’est amélioré dans les hôpitaux.

 

Comment utiliser les résultats de cette étude?

Comme toujours lors de la mise en place d’un nouveau processus, la préoccupation première de la Société canadienne du sang est la sécurité des patients. Il a fallu plusieurs années pour évaluer, mettre en œuvre et valider le nouveau processus, non seulement pour s’assurer de la sécurité des patients, mais également pour améliorer l’utilisation du produit. Parmi les nombreux avantages que présente le nouveau système par l’apport à l’ancien, l’allongement de la durée de conservation des globules rouges lavés, qui passe d’un jour à une semaine, constitue le plus important.

Cela permet de réduire la quantité d’unités de globules rouges jetées et, par conséquent, de réduire le gaspillage et les coûts, et d’améliorer la productivité. Par ailleurs, il est désormais plus facile pour la Société canadienne du sang de fournir des globules rouges lavés aux hôpitaux – qui les utilisent de plus en plus, d’autant que l’innocuité et l’efficacité des produits ont été maintenues.

On a également noté une légère baisse du nombre d’unités de globules rouges utilisées par transfusion, ce qui a pour effet positif de limiter l’exposition des patients aux produits sanguins. Nous étudions maintenant la possibilité d’utiliser le nouveau système pour laver d’autres produits, comme les unités de globules rouges cryoconservées (congelées).

À propos de l’équipe de recherche:

L’étude a été réalisée par le laboratoire du Dr Jason Acker, chercheur principal en développement au Centre d’innovation de la Société canadienne du sang et enseignant au département de pathologie et de médecine de laboratoire de l’Université de l’Alberta, à Edmonton. Les membres de l’équipe du Dr Acker ayant pris part à l’étude sont Adele Hansen, chef de projets au Centre d’innovation, ainsi que Tracy Turner et Jayme Kurach, assistantes de recherche. Qi-Long Yi est biostatisticien principal au Centre d’innovation de la Société canadienne du sang et est basé à Ottawa. La Dre Barbara Hannach est responsable médicale à la Société canadienne du sang et est basée à Toronto. Nayana Sondi est spécialiste en applications informatiques, et les Drs Christine Cserti-Gazdewich et Jacob Pendergrast sont médecins spécialisés en médecine transfusionnelle; tous trois travaillent pour le Réseau universitaire de santé, à Toronto.

 

Le contenu de ce Concentré de recherche est tiré des publications suivantes :

[1] Hansen A, Yi Q, Acker JP: Quality of red blood cells washed using the ACP 215 cell processor: assessment of optimal pre- and postwash storage times and conditions. Transfusion 2013;53:1772-79.

[2] Hansen AL, Turner TR, Yi Q, Acker JP: Quality of red blood cells washed using an automated cell processor with and without irradiation. Transfusion 2014;54:1585-94.

[3] Hansen AL, Turner TR, Kurach JDR, Acker JP: Quality of red blood cells washed using a second wash sequence on an automated cell processor.

Transfusion 2015;55:2415-21. [4] Acker JP, Hansen AL, Yi Q, Sondi N, Cserti-Gazdewich C, Pendergrast J, Hannach B: Introduction of a Closed-System Cell Processor for Red Blood Cell Washing: Post-Implementation Monitoring of Safety and Efficacy. Transfusion 2016; doi: 10.1111/trf.13341.

 

Cette étude a été réalisée avec le soutien financier de la Société canadienne du sang, elle-même financée par les ministères provinciaux, territoriaux et fédéral de la Santé. Les opinions exprimées dans le présent bulletin ne reflètent pas nécessairement celles du gouvernement du Canada. La Société canadienne du sang tient à remercier tous les donneurs de sang qui ont permis de mener cette étude.

Mots-clés: 

globules rouges, lavage, IgA, nouveau-nés, réactions indésirables, processus, métabolite, transfusion, efficacité, innocuité, sécurité

Vous voulez en savoir plus?

Communiquez avec le Dr Jason Acker par courriel, à jason.acker@blood.ca.

Téléchargez en PDF